dimanche 24 septembre 2017

A LA UNE

LE COMMERCE ET LA PAIX: vient de paraître sous la direction de

Guillaume Barrera, Peggy Ducoulombier, Éric Maulin

 

L’association du commerce et de la paix est un lieu commun de la pensée libérale, mais peut-on encore y croire ? Le développement du commerce a peut-être renforcé la paix entre ceux qui pouvaient s’y adonner mais il n’a cessé de maintenir, à la périphérie de l’histoire, des exclus de la croissance qui réclament aujourd’hui leur part.On pourrait avoir le sentiment qu’après le temps de l’espoir et de l’optimisme est venu celui des désillusions. Mais cette lecture serait bien superficielle.L’un des apports importants des contributions de ce volume est de montrer que dès l’origine, chez Montesquieu ou Adam Smith, on observe un certain doute quant aux effets du commerce, qui contribue sans doute à la paix, mais parfois aussi à la guerre, qui élève la civilisation, mais parfois abaisse moralement les individus qui s’y adonnent ou sont victimes de la nouvelle organisation du travail.Et cette ambivalence n’a jamais cessé de travailler ce couple finalement assez mal assorti, les arrière-pensées, les calculs mercantilistes n’étant jamais très éloignés des espoirs libre-échangistes. 978-2-86820-977-1 Format : 16,5 x 24 cm / 210 p. Prix public : 21 euros TTC En vente en librairie ou en commande en ligne

références

Contacts

M. Yann-Hervé Martin,

IA-IPR de philosophie.

yann-martin(at)ac-nancy-metz.fr

06.59.67.77.96

 

Mme. Astrid Damier,

professeur de philosophie,

IAN pour la philosophie.

astrid.damier(at)ac-strasbourg.fr