mercredi 29 mars 2017

A la une

Journée d'études sur La Question juive de Marx

28 mars 2017 / 9h-16h30

Amphithéâtre du Collège Doctoral Européen, 46 boulevard de la Victoire

 

 

Argumentaire 

La question juive (Zur Judenfrage, littéralement : À propos de la question juive), article rédigé par Marx fin 1843, publié en 1844 dans le premier et unique numéro des Annales franco-allemande, la revue fondée à Paris par Arnold Ruge et Marx, est une réponse à deux textes de Bruno Bauer : un livre, La question juive (Die Judenfrage, Braunschweig, 1843), et un article, La capacité des Juifs et des Chrétiens contemporains à devenir libres (Die Fähigkeit der heutigenJudenund Christen, freizuwerden, Zürich, Winterthur, 1843). Le texte de Marx est composé de deux parties : la première répond au livre de Bruno Bauer, la seconde à son article.

La question juive de Marx est un texte polémique : d’abord parce qu’il entretient lui-même un rapport polémique aux textes de Bauer qu’il critique et auxquels il répond, mais ensuite aussi et surtout parce qu’il a lui-même déclenché de nombreuses polémiques en raison de la critique de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen que l’on trouve dans sa première partie, et d’un rapport critique au judaïsme que l’on trouve dans la seconde partie. Il n’en fallait pas davantage pour que, au XXe siècle, de nombreuses lectures rétrospectives trouvent dans ce texte les prodromes de la catastrophe stalinienne, dans sa double dimension antisémite et destructrice des droits de l’homme. Au-delà, c’est le socialisme lui-même qui, sur la base de ce texte de Marx, a pu finir par paraître suspect d’être habité de pulsions à la fois anti-démocratiques et antisémites. Cette journée d’étude voudrait à la fois replacer le texte de Marx dans son contexte, en faisant d’abord l’effort de le lire tel qu’il se donne à lire, à savoir comme une réponse de Marx aux textes d’un autre auteur. Mais elle voudrait aussi parvenir à en mesurer l’actualité pour nous aujourd’hui, dans le contexte des débats portant sur les rapports de l’État aux religions, sur la nature, la portée et les enjeux de la laïcité.

 

PROGRAMME

 

9h00 – Accueil et présentation de la journée d’études

9h15 – Christian Ferrié : Marx à la lumière de Bauer

10h00 – discussion

10h30 – Pause-café

10h45 – Franck Fischbach : Actualité de la critique marxienne de l’Etat laïc

11h30 – discussion

12h00 – Fin de la matinée

14h15 – Jean Quétier : Des droits de l’homme égoïste à l’égoïsme « puni comme un crime »: l’ambivalence de la Révolution française dans « Sur la question juive »

15h00 – discussion

15h30 – Pause

15h45 – Table ronde autour de la seconde partie de À propos de la question juive (II) : Marx antisémite ?

16h30 – Clôture de la journée d’études

Colloque "Penser l'Islam : une tâche pour la philosophie de la religion"

Université de Strasbourg /

jeudi 30 et vendredi 31 mars 2017

 

Lien vers le programme

 

Argumentaire

La religion fait aujourd'hui retour sur la scène géopolitique de manière singulièrement contrastée, partagée entre les discours de la reconnaissance et les pratiques de violence. L’islam s’y trouve au cœur d’une demande de réinterprétation qui ne concerne pas simplement le phénomène religieux comme tel, mais aussi la diversité des champs d'expressions où il a concrètement lieu. Il lui est alors demandé, comme à toute autre religion - et sans doute plus qu'à toute autre - de s’expliquer sur l’articulation entre ses principes fondateurs et les manifestations (mystiques, rituelles, politiques, sociétales). Cet ensemble de textes fondateurs, de croyances et de rites que l'on nomme l'islam possède-t-il une essence commune, ou bien s'est-il historiquement scindé en plusieurs traditions inconciliables ? Comment apprécier ses relations avec les autres religions monothéistes ? Qu'en est-il de son rapport à la modernité, à la rationalité scientifique, à l'égalité des sexes, à la démocratie ?

La tâche qui s’impose ici à la philosophie de la religion ne consiste pas à « légitimer » ou inversement à « blâmer » un corpus de références séculaires, ni à en produire des commentaires spécialisés, inévitablement parcellaires ; elle doit permettre de placer son « objet » - en l’occurrence l’islam - en tension avec les inspirations qu’il délivre, avec les diverses sciences qui le réfléchissent et avec les interrogations radicales de la pensée philosophique.

Ce colloque, organisé par le Groupe de philosophie de la religion de l’université de Strasbourg (Facultés de Philosophie et de Théologie catholique) cherchera ainsi, en suivant différentes approches (histoire, psychanalyse, herméneutique, anthropologie) à mettre à l’épreuve l’intention méthodique de penser l’une des grandes religions du monde. Il espère ainsi contribuer, à son niveau, aux recherches en cours sur l'interprétation des phénomènes religieux.

Conférence VERTICAL avec Marion Muller Collard

Jeudi 6 avril 2017 / Gymnase Jean Sturm / 20h

 

 

"Quel genre d'homme faut-il être ?"

 

Cinquième et dernière conférence VERTICAL de la saison 2016-2017 avec Marion Muller Collard,  docteur en théologie de la faculté de théologie protestante de Strasbourg. 

 

Marion Muller-Collard contribue régulièrement à l’hebdomadaire Réforme et elle a publié plusieurs ouvrages dont :

 

Plume d'ange, Passiflore, 2013 ; L'Autre Dieu. La Plainte, la Menace et la Grâce, Labor et Fides, 2014 ; Le complexe d'Elie, Labor et Fides, 2016 ; L'intranquilité, Bayard, 2016.

 

Ces conférences sont proposées à titre gratuit (préinscription sur le site du Gymnase ;  confirmation de votre présence lorsque vous y serez invités par voie électronique, quelques jours avant l’évènement).

Journée du PAF avec Catherine Larrère

Lycée Kléber / 2 mai 2017

 

 

 

Catherine Larrère abordera la question de l'écologie politique.

 

Plus d'informations seront données prochainement.

références

Contacts

M. Yann-Hervé Martin,

IA-IPR de philosophie.

yann-martin@ac-nancy-metz.fr

06.59.67.77.96

 

M. Mickaël Labbé,

professeur de philosophie,

IAN pour la philosophie.

mickael.labbe@ac-strasbourg.fr