mercredi 12 août 2020

Le Pouvoir de la parole : pistes de réflexion et textes

Humanités Lettres Philosophie

Les pouvoirs de la parole,

Période de référence : de l’Antiquité à l’Âge classique

 

1. L’art de la parole 12h

 

Antiquité (6h):

> aux sources de la rhétorique : la démocratie (>philo: Platon, les sophistes, la dialectique etc.)

  1. La rhétorique d’Aristote : les 3 types de discours

    • épidictique (bon/mauvais)

    • Judiciaire (juste/injuste)

    • politique (utile/inutile)

  2. Cicéron et les 3 objectifs de l’orateur

  3. Quintilien : les 5 parties du discours

 

>analyse de textes (au moins un pour chaque type de discours)

 

 

Moyen âge-Renaissance (4h):

> quand le formalisme devient prépondérant… puis est contesté:

  1. Abélard et la scolastique (utilisation intensive de la disputatio, des syllogismes, des questionnements cf Saint Thomas objectif : réconciliation de la foi chrétienne et de la philosophie aristotélicienne)

Toute puissance du dogme religieux > prêches.

  1. vs émergence de l’humanisme, travail et interrogations sur les textes originaux (> Luther et les 95 propositions d’Augsbourg, la Réforme). Importance du corps, de la compréhension plus que de l’apprentissage par cœur.Traité d’Erasme sur la rhétorique

> cf les deux temps de l’éducation de Gargantua : d’abord scolastique, puis humaniste.

>Montaigne Lettre sur l’institution des enfants.

 

Age classique :

Le retour aux préceptes « classiques », l’importance nouvelle du style et des tropes

  • Malherbe, et l’Art poétique de Nicolas Boileau

  • l’honnête homme et le courtisan : la rhétorique comme marqueur social

 

 

2. L’autorité de la parole (ébauche)

 

Pistes :

  • parole sacrée

  • outil de pouvoir politique

  • propagande et contestation

 

Antiquité :

  • La parole divine, parole efficace « que la lumière soit ! » + et impérative: les dix commandements

  • détournement par les femmes : Aristophane, L’assemblée des femmes

  • Agôn Antigone-Créon chez Sophocle : deux lois s’affrontent, la loi des hommes, la loi des Dieux

  • la parole en politique

 

Moyen-âge

  • inquisition et hérésie

 

Renaissance

  • Exemple de parole qui prétend faire vaciller le pouvoir : Discours sur la servitude volontaire, La Boétie : inciter à la désobéissance civile pour résister à la tyrannie

  • poésie apologétique de la religion chrétienne : tourner l’homme vers Dieu

    • Jean de Sponde, Sonnets sur la mort

    • Chassignet Mépris de la vie et consolation contre la mort

 

Age classique

  • les sermons : Bossuet (Sermon sur la mort, sermon du mauvais riche), Fénelon

 

 

3. Les séductions de la parole

  • définition du verbe « séduire » :

1. Vx. Induire en erreur, abuser. Synon. égarer, tromper.

2. Détourner du droit chemin, du bien.

En partic. Amener une femme à se donner en dehors du mariage.

3. Convaincre en mettant en œuvre tous les moyens de plaire.

C. − Attirer de façon irrésistible, tenir qq1 comme sous un charme

 

>>> deux grandes pistes :

    1. le discours amoureux

    2. la parole manipulatrice

 

Variations thématiques :

  • femmes séduites

    • multiplication des mises en garde contre la parole séductrice dans les manuels d’éducation à destination des filles (cf L'Ecole des femmes, I, 1 (v. 162-164). « Elle était fort en peine, et me vint demander / Avec une innocence à nulle autre pareille, / Si les enfants qu'on fait se faisaient par l'oreille ».

    • depuis Eve et le serpent : Genèse, III, 13 « le serpent m’a séduite »…

exemple : XIVe siècle : Le livre du Chevalier de La Tour Landry pour l’enseignement de ses filles : chapitre 39 « De Eve notre première mère » citée comme contre exemple (il ne faut ni écouter ni parler aux hommes)

  • femmes séductrices ou manipulatrices :

    • Mme de Merteuil (et son alter ego masculin, Valmont)

    • Schéhérazade (prolongement, XVIIIe)

    • Agrippine (mère de Néron), Clytemnestre (mère d’Iphygénie, Oreste et Electre)

    • Lady Macbeth

    • sirènes, magiciennes (Médée, Circé), la parole incompréhensible, l’incantation, Mélusine, Ondine, Lorelei, fées, sorcières

Par période

 

Antiquité:

  • Platon se méfiant des artistes et proposant par exemple de censurer Homère lorsqu’il montre les héros perdus ou en train de pleurer

  • L’art d’aimer, Ovide

 

Moyen-âge :

  • la fin’amor ou amour courtois :

    • « La belle dame sans merci »

    • Christine de Pisan

    • Livre du coeur d’amour épris René d’Anjou

    • Guillaume IX d’Aquitaine (ou dit de Poitiers) > poème pour convaincre une dame

    • Le roman de la rose (partie de Guillaume de Lorris, poème allégorique)

    • Les grands rhétoriqueurs (acrostiches, palindromes),

exemple Le chapelet des Dames de Jean Molinet (blasons)

 

Renaissance :

  • poésie du carpe diem en ce qu’elle s’efforce de convaincre la dame de se donner à son amant.

  • Le blason qui célèbre une partie du corps féminin : Marot, Scève (XVIe)

 

XVIIe :

    • Fables Le corbeau et le renard

    • Stances à Marquise, Corneille

    • la voie de Théophile de Viau, libertin et moderne Elégie à une dame, « j’ai fait ce que j’ai pu... » (pour résister à l’amour)

    • poésie précieuse, baroque, maniériste : François Tristan L’Hermite : Les plaintes d’Acante