mercredi 17 juillet 2019

Écrire une anthologie poétique

 

 

Wendolin Bach

 

S'approprier une thématique littéraire afin de composer un recueil poétique dans le cadre d'un concours d'écriture

 

Cette séquence a été menée dans le cadre du Printemps de l'écriture 2018 : Chut ! 

Le sujet d'écriture créative a été retenu : Rédiger un texte qui commence et/ou se termine par "Chut" !

 

Niveaux : classe de troisième (transposable à d'autres niveaux de collège ou de lycée)

 

Problématique : Comment mettre à profit Moodle pour favoriser le travail personnel en-dehors de l'espace de la classe ?

 

Objectifs littéraires, culturels et méthodologiques :

  • Exercer sa sensibilité face à des textes littéraires appartenant à différents genres et époques.
  • Formuler des impressions de lectures précises, tisser des liens entre les œuvres, confronter son point de vue à celui d'autres lecteurs.
  • Développer ses compétences d'écriture (enrichissement du lexique, emploi des figures de styles...)
  • Mener un travail collaboratif en favorisant l'acquisition des outils numériques.

 

 

Ressources numériques et outils informatiques :

  • Le corpus d'extraits littéraires, publié dans les ressources pédagogiques du Printemps de l'écriture, proposé en version numérique grâce à la ressource "livre" de Moodle.
  • Différentes activités de Moodle (accessible depuis l'ENT) : le glossaire, le forum, la base de données, le test...
  • Des applications web d'éditeurs tiers (Padlet, Framapad, Hot Potatoes) intégrées dans Moodle grâce à la ressource "page".

 

 

 

Déroulement de la séquence

 

Ce travail a été réalisé essentiellement à distance par les élèves, grâce aux documents et activités mises à disposition sur Moodle.

 

Étant donné les liens permis par le sujet et le corpus, la séquence est menée parallèlement à deux autres séquences, conduites, successivement et de manière traditionnelle, en classe : 

  • une séquence sur la poésie ayant pour problématique : "comment le poète exprime-t-il le sens de notre présence au monde ?"
  • une séquence sur l'autobiographie ayant pour problématique : "pourquoi et comment écrire sur soi ?"

 

Plusieurs sections sont créées dans Moodle et progressivement ouvertes aux élèves tout au long de ces deux séquences :

 

I. Lecture personnelle du corpus 

 

Les différents extraits du corpus sont classés dans un "livre" selon les thématiques qu'ils abordent :

 

  1. Trouver sa voix : comment l'individu construit-il son identité, dans ses tentatives de s'extraire du silence ? (Pascal Guignard, La leçon de musique / Charles Juliet, Lambeaux / Emmanuelle Laborit, Le cri de la mouette)
  2. Les lois du silence : comment s'écrivent histoires individuelles et collectives par-delà le silence ? (Maurice Maeterlinck, Le silence / Philippe Grimbert, Un secret / Wajdi Mouawad, Incendies / Delphine de Vigan, Rien ne s'oppose à la nuit)
  3. En quête de vérité : comment la vérité surgit-elle au cœur du silence ? (François Mauriac, Thérèse Desqueyroux, Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac)
  4. "Silence, on parle !" : quel dialogue silences et mots entretiennent-ils dans le texte littéraire ? (Eugène Guillevic, Du silence / Samuel Beckett, En attendant Godot)
  5. Nos mots/maux peuvent-ils être réduits au silence ? (Alfred de Vigny, La mort du loup / Vercors, Le silence de la mer /Shûsaku Endô, Silence / Pierre Cendors, Minuit en mon silence)

 

 

Étant donné la difficulté de certains extraits, chacun d'entre eux est enrichi d'un lien hypertexte renvoyant vers une page permettant de mieux appréhender le texte (page wikipédia, page de l'éditeur, article ou critique de presse numérique...)

 

Un test, fondé essentiellement sur des questions à choix multiples, permet de vérifier la lecture et la compréhension générale des différents extraits.

 

 

 

 

 

 

II. Rédiger ses impressions de lectures

 

Les élèves sont invités à rédiger leurs impressions de lecture sur les textes du corpus sur un mur virtuel créé avec Padlet. Chacun est libre de commenter les textes qu'il souhaite mais est encouragé à rédiger au moins deux notes. La fonction "commenter" permet :

- au professeur de proposer des remédiations afin de guider la compréhension ou d'inciter à approfondir ;

- aux élèves d'échanger leurs opinions.

 

 

 

Deux de ces extraits seront choisis afin de mener une analyse plus approfondie dans le cadre des séquences évoquées supra :

  • le poème de Guillevic, qui laissa tous les élèves cois.
  • l'extrait autobiographique d'Emmanuel Laborit, qui fut l'un des textes les plus commentés.

 

 

III. Approfondir sa compréhension du sujet 

 

Afin de mieux cerner les enjeux du sujet, les élèves sont invités à écouter le podcast d'une émission de radio de France Culture présentant une approche historique du silence, à partir de plusieurs extraits littéraires concordant avec le corpus.

 

 

Les élèves les plus curieux peuvent approfondir la réflexion en se plongeant dans deux autres émissions consacrées au silence, chez Camus et chez Blanchot. (Ces émissions étant moins accessibles, leur écoute n'a pas de caractère obligatoire.)

 

 

IV. Préparer le travail d'écriture

 

Il a été demandé aux élèves, au fil de ces diverses activités, de constituer (en utilisant à nouveau Padlet) une carte heuristique du silence, enrichie d'expressions, de proverbes et de citations.

 

 

Les contributions peuvent être soumises à approbation par le professeur avant publication.

 

 

En bilan de ce travail de lecture, d'écoute et de recherches, chaque élève est invité à rédiger une définition succincte du silence. Ces différentes propositions sont compilées dans un "glossaire".

 

 

 

Dans le même temps, les élèves ont également constitué un lexique des figures de style, à partir de celles rencontrées dans les textes étudiés en classe, voire à partir de leurs recherches personnelles pour certains.

Une autoévaluation réalisée sous forme de mots croisés grâce à Hot Potatoes, à partir de définitions ou de citations issues du corpus,  permet de s'entraîner à l'identification des figures les plus fréquentes.

 

Il est possible de paramétrer précisément l'accès à chaque activité.

 

 

 

 

Il est nécessaire d'être vigilant à l'orthographe, un simple accent peut invalider une réponse :

je demande aux élèves de répondre en écrivant en majuscules sans accent.

 

 

V. S'entraîner à l'écriture créative

 

Afin de développer les compétences d'écriture créative, nous avons profité d'une sortie au Musée d'Art Moderne et Contemporain consacrée à l'exposition Laboratoires d'Europe pour réaliser un parcours d'écriture convoquant à la fois poésie, autobiographie et thématique du silence :

 

  • Rédiger un poème en prose sur l'un des objets scientifiques exposés dans les collections universitaires. ("L'huître" de Francis Ponge avait été analysée en classe.)
  • Imaginer le monologue intérieur du Penseur d'Auguste Rodin.
  • À partir de l'Autoportrait en infirmier de Max Beckmann, poursuivre la citation : "Je suis fatigué aujourd'hui et ne vais sans doute plus pouvoir écrire longtemps."

 

Ces consignes favorisent des situations d'écriture concrètes et la présence du professeur permet d'aider les élèves à se questionner sur les œuvres ou les objets observés, faisant émerger des stratégies pour entrer dans l'écriture créative.

 

Les élèves ont ensuite pu proposer leurs productions à l'ensemble de la classe grâce au module "base de données".

 

 

Un poème en prose composé sur l'un des objets scientifiques exposés :

 

Grand goniomètre à réflexion à deux cercles avec sa lampe, Berlin, avant 1890, collection du musée de minéralogie, Université de Strasbourg.

 

 

VI. Composer le recueil

 

Les élèves, seuls ou en binômes, composent un poème, en vers ou en prose, respectant le sujet du concours. Toutes les activités réalisées au cours de la séquence demeurent accessibles sur Moodle.

Enfin, la classe est invitée à relire l'ensemble du recueil, à proposer des améliorations, à corriger les erreurs.

Pour ce faire, les textes sont publiés dans un pad intégré à Moodle.

 

 

Certaines fonctions de Framapad, comme le chat, permettent de commenter les textes en cours d'écriture.

 

 

  

À la fin de ce travail de relecture, une séance en classe permet d'ordonner les différents poèmes et de mettre en page le recueil en important les textes dans un logiciel de traitement de texte.

 

 

Bilan

 

Le parcours d'écriture

 

  • La plupart des élèves de la classe affirment avoir consulté la carte heuristique au moment de rédiger leur poème, afin de trouver des synonymes, des rimes, des mots soutenus...
  • La plupart des élèves ont également consulté le dictionnaire des figures de style afin de varier les procédés stylistiques.
  • Plusieurs élèves déclarent avoir trouvé "l'inspiration", une direction à donner à leur texte en parcourant le glossaire des définitions du silence.
  • Quelques élèves ont réinvesti le parcours d'écriture au musée. On constatera par exemple, malgré des sujets très différents, les liens entre le poème sur le goniomètre, écrit au musée, et le poème  suivant, écrit pour le concours :
  •  

    •  Plusieurs élèves ont réutilisé des formes poétiques étudiées en classe au cours de la séquence consacrée à la poésie :

     

    L'élève s'est inspirée ici de la forme du pantoum, réinvestissant ainsi l'étude d'"Harmonie du Soir" de Baudelaire.

     

     

    Un sonnet en alexandrins.

 

L'utilisation de Moodle

 

  • Le recours à Moodle a tout d'abord permis aux élèves d'appréhender le texte différemment : alors que les impressions de lecture sont généralement faites à l'oral en classe, laissant invariablement certains élèves spectateurs des échanges, ici, chacun a dû s'interroger sur son rapport personnel aux extraits pour rédiger un paragraphe. L'analyse des extraits du corpus menée ensuite en classe a montré que certains élèves prenaient plus volontiers la parole qu'à l'ordinaire car leur travail de rédaction les avait contraints à se confronter activement au texte, suscitant ainsi davantage d'impressions ou d'interrogations.
  • En encadrant précisément le travail personnel des élèves, l'utilisation de Moodle a également permis de mener une séquence conséquente, sans que cela ne se fasse au détriment des séquences prévues par la programmation annuelle et malgré l'échéance du D.N.B. en fin d'année. Au contraire, certaines activités (comme celles sur les figures de style) ont permis de prolonger le travail mené en classe dans les séquences exigées par les programmes. Les élèves ont ainsi réalisé, en autonomie, un véritable parcours numérique qui leur a permis tout à la fois de relater leur expérience de lecteur, de consolider les connaissances du cours et de développer des compétences d'écriture.
  • Enfin, effet "Big Brother" permis par les historiques de connexion de l'outil numérique, Moodle permet de connaître très précisément ce que fait chaque élève, notamment le temps qu'il passe sur chacune des activités, et quand il le fait. Cela peut permettre d'alimenter les échanges avec les élèves mais aussi avec les parents sur les méthodes de travail employées, de distinguer ce qui relève du manque de travail ou de difficultés.