lundi 17 juin 2019

Lycée 4.0 : Préparer les élèves de 1ère à l’EAF

 

Témoignage de Mme Macuba du lycée Louis Armand de Mulhouse.

 

Que peut apporter le numérique dans la préparation de l’EAF ? quelles nouvelles pratiques, quelles améliorations qui ne relèvent pas du gadget durant une année où l’on cherche à rentabiliser chaque travail, chaque activité, chaque heure en vue de l’écrit ou de l’oral de fin d’année ?


La première amélioration substantielle est apparue dès le début de l’année : travailler sur un mur collaboratif pour chaque séquence a permis de regrouper et de hiérarchiser tous les documents de la séquence. Lectures analytiques, documents complémentaires, documents iconographiques, images ou vidéos, études d’ensemble, un seul endroit avec toutes les ressources numérisées. Les élèves ont eu accès tout au long de l’année à tous les documents : finies les questions sur ce qui figure dans le descriptif, finie la course aux photocopies vierges d’annotations ou aux documents perdus.


Au-delà du recensement des documents, ce qui est intéressant avec le mur collaboratif, c’est, comme son nom l’indique, la manière dont on peut travailler les uns avec les autres. Sans se substituer à la nécessaire prise de notes, une partie des travaux peut être mise en commun. Lors de certaines études, des élèves ont été secrétaires de la réflexion menée ensemble. J’ai ensuite pu compiler et reprendre les notes des secrétaires afin que chacun ait accès à une trace écrite complète. A l’issue des lectures analytiques, deux élèves déposaient leur proposition de plan de commentaire ou encore leurs idées d’amorce pour l’introduction ou d’ouverture pour la conclusion afin d’échanger en classe sur ces propositions ou de montrer la diversité des possibilités de l’exercice. Lorsque nous avons rencontré un metteur en scène, nous avons créé un mur sur lequel chacun pouvait faire état des éléments de mise en scène remarquables de la pièce à laquelle nous avions assisté. Il y avait possibilité de commenter ou de compléter les propos d’un camarade et le metteur en scène y a eu accès. L’entretien en a été d’autant plus riche : revenir sur ce qu’il avait lu, sur ce qui avait été compris ou sur les interrogations des élèves. Grâce au logiciel de rédaction collaborative, les élèves ont pu travailler par groupes sur la lecture des Essais de Montaigne. Chaque groupe a pris en charge un aspect, s’est réparti le travail et a rédigé un compte-rendu de lecture fourni et détaillé qui a pu être ensuite exploité par l’ensemble des élèves. Rendre claire et intelligible la réflexion de l’auteur à destination de ses camarades a été un exercice qui a mené à des discussions au sein de chaque groupe.

 

Enfin, le fait que les élèves soient équipés d’un terminal numérique ouvre également de nouvelles possibilités. Le travail en îlots bonifiés peut trouver une nouvelle dimension avec l’accès aux logiciels collaboratifs ou au web. La préparation de l’oral peut également passer par des enregistrements audios que réalisent les élèves et qu’ils déposent ensuite sur Moodle. Des nouvelles modalités d’entraînement deviennent ainsi imaginables.

 

D’autres idées naissent encore cette année. J’ai pu parfois mettre des versions audios des livres étudiés, dans un premier temps à destination des élèves dyslexiques et dans un second à destination de ceux qui se plaisaient à entendre l’œuvre qu’ils lisaient, mais je songe maintenant à organiser la mise en voix et l’enregistrement des textes étudiés en lectures analytiques.

 

Le lycée 4.0, s’il ne révolutionne pas l’enseignement, lui ouvre de nouveaux espaces à explorer au bénéfice de nos élèves.

 

Autres ressources sur le lycée 4.0