mercredi 24 avril 2019

La défense globale (Trinôme académique 2008)

Le Trinôme académique de Défense en février 2008 avait pour thématique générale la Défense globale. Les formateurs ont choisi de privilégier cette notion complexe en partant de trois études de cas concrètes : 

 

L'intervention militaire au Tchad

 

Le premier atelier  a été co-animé par Marc Bartolini, Julien Ebersold (enseignants au lycée Marcel Rudloff de Strasbourg) et le Lieutenant-colonel Fabien Kuzniak (commandant de l’escadron de chasse Normandie-Niémen). Elle s’articule autour de l’exemple d’une opération menée par la France en Afrique, sur décision de l’ONU : la mission de l’Eufor à dominante française au Tchad qui a eu lieu fin 2007.

 

Le Lieutenant-colonel Kuzniak revenait justement d’une mission au Tchad dans le cadre du plan Epervier. Il a apporté, avec dynamisme et précision, son expérience et son expertise sur cette opération extérieure.

 

Cet exemple permet d’aborder deux thématiques importantes des programmes d’histoire-géographie : la régulation des conflits coordonnée par l’ONU (dans le continent africain), et la place de la France dans le monde vue par le prisme de ses opérations militaires de sécurisation sur le continent africain.

 Il s’agit de donner quelques clés de compréhension aux élèves afin de décoder des mécanismes complexes de décision d’une intervention militaire, de présenter les enjeux géopolitiques qui en découlent, et la multiplicité des acteurs politiques et militaires.

 

Cette opération de maintien de la paix au Tchad est ainsi exploitée comme une étude de cas construite autour de la problématique des multiples enjeux de la prise de décision : En quoi la décision d’assurer le maintien de la paix au Tchad relève-t-il d’un système global de régulation des conflits associant la Défense française et la sécurité collective sous l’égide de l’ONU ?

En effet, on propose ainsi de montrer que la Défense française est intégrée à un ensemble plus vaste et à géométrie variable afin de garantir la sécurité collective au nom de l’ONU. De ce fait, la France participe d’un système global de régulation des conflits visant à rechercher la stabilité mondiale en parallèle à la protection de ses intérêts fondamentaux (essentiellement les intérêts de puissances dans le cas de l’exemple étudié).

 

Les intervenants proposent d’aboutir à la construction d’un organigramme constitué de trois niveaux d’analyse :

  1. Présentation de l’Eufor (acteurs, missions, objectifs, raisons)
  2. Analyser les mécanismes de la prise de décisions et leurs acteurs (éléments explicatifs de l’intervention).
  3. Définir le « Système global de sécurité » (auquel participe la France avec ses propres intérêts).

Sécurité et cohésion sociale. L’exemple de l’action de la gendarmerie nationale

 

Le troisième atelier, animé en binôme par le Colonel Jockers (Commandant du groupement de la Gendarmerie du Bas-Rhin) et Christophe Marchand (professeur au lycée Marcel Rudloff), s’intéresse à un autre versant de la Défense globale : la sécurité civile et intérieure dont l’acteur majeur est, dans ce cas, la gendarmerie nationale.

 

Sa zone de compétence s’étend sur un vaste territoire qui couvre 95 % de la région Alsace et qui connaît des mutations économiques et sociales rapides : comment la gendarmerie nationale contribue-t-elle à en garantir la cohésion sociale dans son travail quotidien pour y maintenir la sécurité ?

 

Dans un exposé liminaire, le Colonel Bruno Jockers présente l’évolution des enjeux de sécurité dans le Bas-Rhin à laquelle la gendarmerie nationale doit s’adapter. Les intervenants présentent ces nouveaux enjeux en étudiant un cas concret et très local : l’implantation du Zénith dans la banlieue ouest de Strasbourg.

Un entretien a été réalisé entre les deux intervenants. Il aborde plusieurs thématiques qui s’appuient toutes sur le cas du Zénith de Strasbourg : la notion polysémique et complexe de « sécurité », les compétences de la gendarmerie, les facteurs d’insécurité compte-tenu des transformations socio-économiques et le fait que la sécurité est le résultat d’une coopération entre de multiples acteurs (une coproduction). A cet égard, nous remercions encore le Colonel Jockers de la disponibilité et de l’attention qu’il a accordées à ce Trinôme académique.

 

Christophe Marchand propose une étude de cas sur le Zénith de Strasbourg afin de mettre en lumière, à partir de cet aménagement, inauguré le 3 janvier 2008, les nouveaux enjeux de sécurité posés par l’extension continue du front de périurbanisation. Cette proposition pédagogique, conçue dans le cadre du lycée, est directement utilisable en classe (adaptable en fonction du niveau des élèves) ; il a didactisé les documents, les informations et les expertises du Colonel Jockers.

 

Les intérêts de cette étude de cas :

Elle permet d’analyser plusieurs thématiques…

… tout en proposant des exemples de traitements pédagogiques des documents

 A.      Les nouveaux enjeux de la sécurité générés par l’implantation du Zénith

 

 Proposer une démarche pour cartographier les nouveaux enjeux de la sécurité sur le lieu.

 

 B.      Les moyens mis en œuvre pour y répondre et les acteurs qui interviennent dans ce cadre

 

 Lister, classer et mettre en relation dans un tableau les différents moyens et les multiples acteurs qui interagissent

 

 C.      Les actions concrètes menées lors des premières manifestations pour anticiper et gérer les risques.

Etudier le risque de congestion automobile à la sortie du Zénith et sa gestion à partir des leçons tirées de la première soirée de spectacle.

 


La Manche, un espace maritime et économique majeur dans le monde

 

Emmanuel Bender (enseignant au lycée Marcel Rudloff), associé au Capitaine de Frégate Reynaert, s’est intéressé aux rapports entre économie et Défense à travers l’exemple de la vision stratégique et transfrontalière de la Manche.

 

A partir de l’étude d’un cas concret, la surveillance du « rail » et des zones de pêche, et le trafic des clandestins, dans la Manche, les deux intervenants ont cherché à montrer les liens entre intérêts économiques et Défense. Ainsi, en quoi la Manche est-elle un espace économique stratégique impliquant des enjeux de défense ?

 

Emmanuel Bender propose plusieurs activités pour mettre en œuvre cette étude de cas, s’appuyant sur un dossier documentaire. 

  • Dans un premier temps : la réalisation d’un croquis répondant à la problématique ci-dessus (rappelant que la Manche est le premier espace maritime en terme de densité de trafic, ce qu’explique et qui explique la grande concentration portuaire, et qui génère un certain nombre de risques naturels et de menaces que les autorités anglo-franco-belges doivent gérer). 
  • Dans un second temps : un schéma permettant de dégager les modalités de réaction des acteurs de la défense en fonction de la menace identifiée (pour ce faire, Emmanuel Bender utilise un extrait d’un reportage sur le naufrage du navire Tricolore en février 2003 à 15 kilomètres au large de Dunkerque).

Bilan : La Défense Globale

 

Comment définir et exploiter le concept de défense globale ? Julien Ebersold propose, en guise de conclusion, de montrer la pertinence de l’utilisation du concept de Défense globale dans le cadre de l’enseignement (associant éducation à la Défense et géographie).

En effet, ce concept porte en lui les démarches de la géographie humaine : l’emboîtement des échelles, la réflexion sur le rôle des acteurs et leurs domaines d’action, et l’importance de partir d’études de cas pour mieux cerner cette notion complexe.