Précédent
Suivant

Petits déjeuners à l'Ecole Rosa Parks

Petit-déjeuner à l'école Rosa Parks

Depuis 2012, deux fois par semaine, des élèves de CM2 de l'école élémentaire Rosa-Parks de Hautepierre préparent et partagent un petit-déjeuner en classe. L'initiative strasbourgeoise sera progressivement généralisée au niveau national après les vacances de la Toussaint.

Une école emblématique

La rectrice, Sophie Béjean, le haut-commissaire à la lutte contre la pauvreté, Francis Bouyer et le député Thierry Michels ont visité l'école élémentaire Rosa-Parks de Hautepierre et pris le petit-déjeuner avec les écoliers.

Les petits déjeuners à l'école Rosa Parks ont débuté dès 2012 pour relever le défi de la pauvreté mais également pour favoriser la réussite scolaire. En effet, la direction avait menait l'enquête auprès de 19 élèves et le constat était frappant : seulement 5 enfants prenaient un petit-déjeuner régulièrement.

Un petit-déjeuner nourissant à bien des égards

L'équipe pédagogique de l'école indique que partager le petit-déjeuner après l'avoir préparé ensemble a développé l'entraide entre les écoliers, a permis aux filles et garçons de faire à égalité la vaisselle...L'air de rien, ces petits-déjeuners ont permis, à travers une approche ludique, de travailler sur de nombreuses questions : égalité filles-garçon, l'altérité, découverte des saveurs...

Au niveau national

Ces petits-déjeuners en classe vont être progressivement généralisés à l'échelle nationale, l'objectif étant de "toucher" 100 000 élèves d'ici la fin de l'année scolaire, contre 6 000 à ce jour.

Au niveau académique

Dans l'académie de Strasbourg, la rectrice ambitionne d'atteindre le millier d'enfants dans le Bas-Rhin, et 3 200 dans le Haut-Rhin.
Peu à peu, après les vacances d'automne, les classes volontaires des écoles REP et REP+ de l'éducation prioritaire ou de territoires fragilisés en milieu rural proposeront ainsi une ou deux fois par semaine un petit-déjeuner en classe.