Précédent
Suivant

Devoirs de mémoire au lycée Jean-Monnet

Témoignage d’Evelyn Askolovitch rescapée des camps

Étude de l'histoire de la Shoah au lycée Jean-Monnet, Strasbourg

Les classes de terminale du lycée Jean-Monnet de Strasbourg ont, jeudi 21 novembre, écouté le témoignage d’Evelyn Askolovitch rescapée des camps. Un témoignage rare et précieux sur son vécu durant ces années éprouvantes de 1942 à 1946 qui prend d’autant plus sens dans un contexte européen et mondial qui favorise l’amnésie collective sur ce passé tragique et relativement récent.

La sensibilisation des élèves des écoles, des collèges et lycées à la prévention du racisme, de l’antisémitisme et toutes les formes de discrimination est une mission de l’École. L’académie de Strasbourg s’implique fortement dans cette prévention et plus largement dans l’éducation au devoir de mémoire. Cet engagement se concrétise notamment par des partenariats avec le Mémorial de la Shoah, le Centre européen du résistant déporté et la participation au concours national de la résistance et de la déportation.

Un partenariat rectorat/ Mémorial de la Shoah pour un enseignement de l’histoire de la Shoah

Le rectorat de l’académie de Strasbourg et le mémorial de la Shoah travaillent ensemble depuis plusieurs années pour l’enseignement de l’histoire de la Shoah à chaque élève des 1er et 2d degrés. En 2015, une convention est signée et renouvelée en septembre 2019.

Des ressources pour l’enseignement de la Shoah

Ce partenariat permet de donner à chaque professeur ou acteur de la formation les moyens les plus pertinents pour l’enseignement de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale et de la Shoah.

Intervention de conférenciers

  • Dans des stages de formation continue pour les enseignants d’histoire-géographie, lettres, allemand, arts plastiques, musique, lettres histoire et enseignants de Section d’enseignement général et professionnel adapté (Segpa). Cette année, les personnels de direction et les conseillers principaux d’éducation bénéficieront également de cette formation.
  • Dans des stages de formation initiale pour les stagiaires de master Métiers de l’éducation, de l’enseignement et de la formation (MEEF), histoire-géographie, lettres, documentation et professeurs stagiaires des écoles
  • Des voyages d’études pour les enseignants à Paris, Cracovie et Auschwitz-Birkenau sur la question "Comment enseigner l’histoire de la Shoah ?"
  • Des voyages d’études pour les lycéens et apprentis à Auschwitz-Birkenau.
  • Des ateliers pédagogiques dans les établissements scolaires du Bas-Rhin animés par des formateurs du Mémorial de la Shoah en résidence dans l’établissement.

Institution d’un correspondant académique du mémorial

Le renouvellement de la convention rectorat/ Mémorial de la Shoah a instauré un correspondant académique du Mémorial en charge d’accompagner les actions du mémorial dans l’académie : Romain Blandre, professeur d’Histoire-géographie au collège Saint-Exupéry de Mulhouse.

Un partenariat avec le Centre européen du résistant déporté (CERD) Struthof

Le CERD Struthof accueille chaque année 200 000 visiteurs dont plus de la moitié de scolaires. Il contribue ainsi au devoir de mémoire des élèves de la primaire au lycée.

L’académie de Strasbourg travaille depuis plusieurs années en collaboration étroite avec le service éducatif du CERD Struthof pour former les enseignants et sensibiliser les élèves à l’histoire et à la mémoire du nazisme et de la Seconde Guerre mondiale. Parmi les actions menées figurent :

  • Des formations pour les enseignants
  • Des ateliers pédagogiques pour les élèves
  • Des projets liés à la thématique de la Mémoire

Participation au concours national de la Résistance et de la Déportation (CNRD)

Le concours national de la Résistance et de la Déportation institué officiellement en avril 1961 par le ministre de l’Éducation nationale Lucien Paye, s’appuie sur l’enseignement de l’histoire de la résistance et de la déportation.

Au-delà d’un concours contribuant à l’éducation au devoir de mémoire, la réflexion s’inscrit dans le cadre plus large d’une réflexion menée par les élèves autour des grandes valeurs de la République et du respect des droits fondamentaux de l’individu.

Cette année, la thématique du concours est "1940. Entrer en résistance. Comprendre, refuser, résister".