mercredi 2 décembre 2020

Développer les capacités de mémorisation

MEMORISER

Objectif méthodologique : développer ses compétences en terme de mémorisation.
Objectifs secondaires :
  • construire un document sous forme de traitement de texte.
  • pratiquer la réécriture.
Durée : deux heures
Moyens :
  • accès individuel à un traitement de texte
  • accès Internet
  • classe dédoublée
Présentation : Séquence d'accompagnement personnalisé visant à développer les compétences de l'élève en
terme de mémorisation : déterminer son type de mémoire dominant (visuel , auditif,
kinesthésique, émotionnel), puis chercher à développer ses types de mémoire secondaires. Structure :
I. Test individuel.
II. Synthèse du résultat.
III. Remédiation individuelle. Descriptif des séances :
I. Test individuel. Amener l'objectif. Deux idées d'entrée :
  • 1e entrée.
La séance peut débuter par le recueil des stratégies mises en oeuvre par les élèves pour apprendre.
Emergent les notions de stratégie fondée sur le visuel ou l'auditif par exemple.
  • 2e entrée.
La séance pourra s'ouvrir par la lecture d'une page de Marcel Proust : la scène de
réminiscence dans Du côté de chez Swann ( de Il y avait déjà bien des années à tout cela qui
prend forme et solidité, est sorti, ville et jardins, de ma tasse de thé.) Cliquez ici pour le texte. Cette expérience fera écho chez certains élèves et surgira la notion de mémoire associée aux sens, puis de stratégie pour se souvenir.
  • A l'issue de ces entrées :présentation de l'objectif de séance par le professeur.
Passation des tests : On proposera à l'élève de répondre à une série de questions (en moyenne trois tests pour cette séance) qui viseront à déterminer ce qui est propre à faciliter, pour lui, la mémorisation d'une information. Voici une sélection de tests disponibles sur Internet.
1. Questionnaires sans génération automatique de résultats.
  • Un questionnaire complet et de mise en oeuvre aisée. Le Web pédagogique.(cliquer)
14 questions (dominante kinesthésique, auditive, visuelle). CDI collège Léon des Landes.
  • Test le plus complet, mais d'une mise en oeuvre relativement longue. AC Créteil.
Test obtenu lors d’un stage du PAF de formation de Professeur Principal 2010,
il est issu du travail de Marie-Josée Couchaère «Eduquer la mémoire» CRDP
Chrystelle Roucher, SVT, Lycée Clémenceau Villemomble 31 questions (dominante kinesthésique, auditive, visuelle)
Fiche de conseils
Virginie MICHEL, professeur de Sciences de la Vie et de la Terre, enseigne au Collège
Marcel PAGNOL de Malicorne sur Sarthe. 2. Questionnaire avec génération automatique de résultats.10 questions,(dominante kinesthésique, auditive, visuelle, gustative).
Patrick Courtois, Programmation Neurolinguistique. II. Synthèse du résultat.
Afin d'obtenir une synthèse la plus fiable possible, et d'obtenir l'adhésion de l'élève à celle-ci,
il est conseillé de prendre en compte le résultats de trois tests parmi ceux présentés plus haut
(par exemple les tests 1, 3 et 4). L'élève dégage alors son type de mémoire dominant ( visuel
par exemple) et deux types secondaires (kinesthésique et auditifs).
N.B. : près de 9 élèves sur 10 ayant effectué cette séance ont vu les résultats de leurs trois
tests se recouper. III. Remédiation individuelle. Deuxième séance.
L'enjeu étant d'améliorer les capacités de mémorisation, le travail portera sur les stratégies de mémorisation qui n'ont pas encore été développées spontanément. Peu d'élèves présentent en effet des profils indiquant qu'ils utilisent parallèlement plusieurs types de mémoire.
L'élève relèvera ainsi ses deux types de mémoire dits "secondaires" puis effectuera une
recherche des conseils pour les développer. Mise en oeuvre :
  • Création d'une feuille de traitement de textes.
  • Recherche, sur les sites visités (adresses conservées dans l'historique), de conseils méthodologiques.
  • Sélection des conseils que l'élève trouve les plus pertinents.
  • Copié-collé de ces conseils sur la feuille de traitement de textes.
  • Réécriture afin d'uniformiser le type d'énonciation (certains sites utilisant l'impératif, d'autres, la deuxième personne du pluriel).
  • Mise en forme (police, couleurs, disposition typographique) afin que l'élève s'approprie sa fiche de conseils personnels.
La séance pourra se terminer par un temps d'échange entre un élève "spécialiste" d'un type de mémoire et un non spécialiste : lecture commentée des fiches de remédiation individuelles
afin de les compléter éventuellement.
A l'issue de ce complément, l'élève enregistre (sur Entea) et imprime la feuille de conseils
qu'il a construite. Prolongements :
-Si le texte de Marcel Proust n'a pas été choisi pour faire l'ouverture de la séance, il peut être
découvert à ce moment, créant, (on le souhaite), un écho saisissant.
-Il est possible de prolonger ces deux séances consacrées à la mémoire par un temps d'étude
sur le travail de l'écrivain et l'étude des brouillons : il apparaît en effet que Marcel Proust
a recréé le souvenir de la madeleine qui était dans les premiers brouillons... "la biscotte
trempée dans le thé" (cf. l'appendice de l'édition de la Pléiade, esquisse XIII). On pourra se
référer par exemple à l'ouvrage de Bernard Croisile, qui émet l'hypothèse que le changement
de mot a été induit par le caractère plus séduisant de la madeleine. Bibliographie commentée :
  • Berbaum Jean, Apprentissage et formation, Que sais-je ?, PUF, 1984.
Voir particulièrement le chapitre VII, "Apprentissage et formation, le choix du formateur", p.
117.
  • Croisile Bernard, Tout sur la mémoire, Odile Jacob, 2009
Voir p.122, "La mémoire en question, sur les stratégies de mémorisation"
p. 144, sur la recréation du souvenir de la madeleine chez Marcel Proust.
  • Lieury Alain, La mémoire de l'élève en 50 questions, Dunod, 1998
Ch. 21, "Apprend-on mieux en lisant ou en écoutant"
Ch. 17, "La mémoire photographique existe-t-elle ?"

Autres ressources pour l'AP