vendredi 22 novembre 2019

Les semaines expérimentales

Les semaines expérimentales

Regards de deux élèves de CM2 sur leur participation aux semaines expérimentales

 

Qu’appréciez-vous dans les semaines expérimentales ?

Ce qui est bien, c’est que pendant une semaine on va travailler beaucoup les mathématiques par exemple et qu’on va avoir le temps de bien approfondir notre travail. On a plus l’impression de pouvoir prendre notre temps.

Aussi, on change d’enseignant et de classe. Alors on est plus timide parce qu’on ne connait pas bien le maître. On découvre que travailler avec d’autres élèves qu’on ne connait pas, ce n’est pas difficile.

On attend aussi d’aller faire notre semaine des sciences au collège. C’est bien d’aller au collège, on va rencontrer les élèves de 6e et faire des sorties dans des lieux scientifiques avec eux.

 

 

Regard de Romain Perron, CPE et préfet des études des classes de 4e

 

Dans quelle optique ces semaines ont-elles été mises en place ?

Il nous fallait tenter quelque chose de différent pour aider les élèves. Nous voulions rompre avec la logique une classe/un lieu/un enseignant, ça a été la philosophie de notre démarche. Nous souhaitions améliorer les résultats des élèves notamment au DNB, ça a été notre objectif d’action.

 

Quels en sont les bénéfices ?

On observe une plus grande dynamique collective. Les professeurs ont appris à utiliser la liberté qui leur était donnée dans ces semaines de travailler différemment, de façon pluridisciplinaire et à plusieurs. Les enseignements sont bien plus axés sur les compétences depuis la mise en place de ces semaines.

Elles rythment l’année scolaire, qui est longue, et marquent des temps de pause réflexive.Elles introduisent indéniablement une notion de plaisir : les élèves se réjouissent de ces semaines différentes, sans évaluation chiffrée et qui foisonnent de projets.

On constate que ces semaines se poursuivent d’une année sur l’autre, qu’elles sont rentrées dans les mœurs.

Elles obligent aussi l’ensemble des équipes du collège à rester vigilantes : il y a un nouveau souffle à trouver en permanence pour conserver l’énergie et la motivation développées grâce à ces semaines expérimentales.

 

Qu’en retirez-vous en tant que CPE et en tant que préfet des études ?

En tant que CPE, j’ai pu m’ouvrir sur la pédagogie et prendre en charge des groupes. J’ai de ce fait appris à construire une autre relation avec les élèves, moins frontale. La dynamique de groupe est très différente.

En tant que préfet des études, les semaines expérimentales sont passionnantes mais usantes. Il faut rester vigilant et trouver à se renouveler.

 

Voir le journal des semaines expérimentales 

http://www.youblisher.com/p/595808-La-2e-semaine-ECLAIR-College-Saint-Exupery-a-Mulhouse/

 

La mise en réseau école-collège….

Travailler en langues vivantes en îlots bonifiés

Mise en place d'une option nommée Art et patrimoines en classe de 3e,en lien avec le lycée Montaigne