lundi 9 décembre 2019

TRAAM 2014-2015 : Les images en très haute résolution

1.    Rappel de la thématique TraAM

 

Capacités et « moments numériques » au collège, au lycée et au lycée professionnel.

 

Rappelons d’abord les enjeux du cahier des charges des TraAM 2014-2015 à l’échelle de la discipline : « Que ce soit dans les situations pédagogiques de travail individuel ou collaboratif, de travail autonome, guidé, les TraAM proposeront en relation avec des capacités un usage simple du numérique. Cet usage apportera une plus-value didactique et pédagogique et sera sur un temps de classe court. Il sera testé par un(e) professeur(e) disposant d'un palier de maturité numérique simple. La restitution de ces « moments numériques » sera sous la forme d'une courte captation. »

 

Dans ce cadre, l’équipe de l’académie de Strasbourg a souhaité mener un travail de réflexion pédagogique approfondi sur l’usage des images en très haute résolution dans l’analyse documentaire. Ce projet émane d’abord d’un constat partagé :

•       L’analyse de documents iconographiques variés est au cœur des pratiques quotidiennes en histoire et en géographie.

•       Elle mobilise le travail de nombreuses capacités, dont l’acquisition progressive par les élèves est attendue.

•       Elle nécessite un travail didactique et pédagogique approfondi de la part du professeur pour la conception et la mise en œuvre de ses cours ou des travaux qu’il propose à ses élèves. 

 

A partir de cet état des lieux, nous avons formulé la problématique suivante : Comment optimiser les moments d'analyse de documents iconographiques à l'aide d’images en très haute définition et d’une palette d’outils numériques simples d’utilisation ?

 

2.    Membres de l’équipe dont IPR/IEN référents

 

Equipe de conception :

•       Anne Strasser, IA-IPR Histoire-Géographie

•       Christophe Marchand, IA-IPR Histoire-Géographie

•       Martin Fugler, IEN-EG Lettres Histoire-Géographie

•       Jean-François Tavernier, Collège de Barr (Professeur référent)

•       Claire Bernhard, Collège du Parc d’Illkirch

•       Philippe Porté, Collège Val de Moder de La Walck

•       Sophie Philippi, Lycée professionnel Couffignal de Strasbourg

 

Equipe de test :

·      Zupan Daniel, Collège Sophie Germain de Cronenbourg

·      Cathy Hecker, Collège du Parc d’Illkirch

·      Samir El Ouazzani, Lycée Couffignal ​de Strasbourg

·      Arnaud Peter, Collège Val de Moder de La Walck

 

3.    Analyse

 

Quelles plus values pédagogiques ?

L’usage des images en très haute résolution a permis aux enseignants impliqués d’approfondir la lecture, la description, l’explication et l’interprétation des documents iconographiques utilisés en cours d'histoire-géographie. Les expérimentations ont également montré que ces usages étaient envisageables en histoire comme en géographie, du collège au lycée général et professionnel. Il a enfin été possible de porter un regard neuf sur ces documents grâce au numérique dans différentes situations où l’élève fut davantage acteur de ses apprentissages. Cela entraîna un accroissement de l’implication et de la motivation des élèves lors de ces moments d'analyse documentaire.

 

Leviers, difficultés ou obstacles rencontrés, comment ont-ils été levés ?

D’une part, il apparaît assez clairement que l’usage d’images en très haute définition est approprié dans le cadre de moments numériques courts. Néanmoins, faire travailler les élèves en autonomie autour de ces ressources demande une organisation et une logistique assez pesante (réservation d’une salle informatique, vérification de la compatibilité des navigateurs, installation des plugins et logiciels de traitement d’image). Il semblerait que l’usage d’outils nomades permettrait une plus grande flexibilité des usages. D’autre part, il fut également relevé que ces documents n’ont pas toujours été numérisés dans le but d’un usage pédagogique obligeant l’enseignant à s’adapter au document et au regard porté par le photographe (notamment dans le cadre de l’analyse paysagère en géographie). Pour lever cette difficulté, nous estimons qu’il serait intéressant de développer des partenariats institutionnels entre enseignants et techniciens pour offrir des documents de qualité et adaptés aux usages pédagogiques.

 

Transformations sur le temps ? L’espace ? La relation enseignant-élève ? Au sein de l’établissement ?

La mise en œuvre de ces TraAM a permis à l’ensemble des enseignants d’envisager l’analyse de document iconographique comme un véritable temps d’investigation au service de l’exploration par les élèves. Dans le cadre de moments en salle informatique, l’enseignant a pu être davantage accompagnateur et remédier aux difficultés des élèves tout au long de l’activité. Cette étape s’accompagne toujours d’un indispensable moment de mise en commun, d’évaluation et de réflexion commune à l’échelle de la classe.

 

Quelles compétences numériques ce projet a-t-il permis d’acquérir pour l’élève ?

Ce projet a été l’occasion pour les élèves de développer de nombreuses compétences numériques :

-       S’approprier un environnement informatique de travail en utilisant des logiciels (ici de capture et de mise en page) et services à disposition (ici d’images en très haute résolution en ligne)

-       Créer, produire, traiter et exploiter des données (ici tout particulièrement le traitement d’une image)

-       S’informer, se documenter en prélevant l’information demandée (ici dans le cadre de documents iconographiques)

-       Communiquer et échanger (ici en envoyant leur production par le biais des ENT à leur professeur)

 

Quelles connaissances ont été nécessaires à l’enseignant pour mener à bien ce projet ?

Pour accéder à ce type de démarche, les enseignants ont avant tout pris le temps d’une véritable recherche documentaire pour sélectionner les sources les plus pertinentes. C’est la richesse d’une véritable veille pédagogique qui a permis cette première étape. Dans un second temps, les enseignants ont dû tester et mettre en œuvre des outils de traitement d’image simples souvent basés sur la capture d’écran. Au-delà de l’aspect technique, pour exploiter les documents dans toute leur richesse, les enseignants ont du se faire le spécialiste des documents étudiés afin de permettre aux élèves d’accéder au sens de ces images.

 

Quelles connaissances liées au numérique ce projet a-t-il permis d’acquérir pour l’élève ?

Ce projet a été l’occasion pour les élèves de mieux saisir les enjeux de la numérisation des documents patrimoniaux en histoire. Les élèves ont pu s’approprier des outils mais surtout des démarches intellectuelles pour mieux analyser et critiquer un document iconographique.

 

A quel type de publication d’élève ces TraAM donnent-ils lieu ? Quelles questions cela ouvre-t-il ?

Les élèves ont pu capturer des éléments d’images en très haute résolution pour les agencer dans de nouveaux supports numériques de présentation. Ces captures posent la question des droits d’auteur liés à ces documents. Cet élément apparaît comme une voie de progression à envisager dans le cadre de nos futurs projets.

 

4.    Configurations requises pour optimiser ces pratiques pédagogiques

 

Afin d’optimiser ces pratiques pédagogiques, nous invitons les enseignants à sélectionner avec soin les ressources numériques en très haute résolution en essayant de privilégier les documents disponibles dans le cadre du programme Eduthèque. Nous les invitons également à utiliser les outils mobiles pour plus de flexibilité dans l’utilisation des services proposés.

 

5.    Les partenaires sollicités

 

Nous remercions vivement la contribution de Canopé Strasbourg dont l’aide a été très précieuse pour le tournage et le montage des capsules vidéo des testeurs qui accompagnent les productions pédagogiques de l’équipe. Nous soulignons également que Canopé Strasbourg propose de nombreuses images en haute résolution dans sa "Base Numérique du Patrimoine d'Alsace"

Interview des testeurs (patientez quelques secondes au démarrage)