Exposition Hors du monde à la BNU de Strasbourg

Mémoires, patrimoine et musées - 31 août 2019

Publié dans : Éducation artistique et culturelle, Mémoires, patrimoine et musées

Lorsqu'on dresse une carte, on puise forcément dans l'imaginaire ; et lorsque délibérément on invente un monde, pour une fiction, on l'appuie toujours sur une géographie. C'est ce dialogue entre représentation du monde et imaginaire que l'exposition événement à la Bnu vous propose d'explorer jusqu'au 20 octobre.

 

Les grands voyageurs de la Renaissance emplissaient les cartes de monstres pour les parties du monde encore inexplorées. Comment faire autrement ? Comment combler le blanc sur une carte, comment rendre compte d'un monde imparfaitement connu, sinon en glissant de l'hypothèse à la supposition, de la supposition à l'imaginaire ?

Le blanc appelle l'exploration, mais cette dernière prend parfois les traits d'un voyage imaginaire, à la recherche de mondes perdus ou inventés dont on croit pouvoir retrouver une trace là, précisément dans ce blanc qui demeure. L'Eldorado ou les sources rêvées du Nil répondent, sur le plan cartographique comme sur le plan de l'imagination, aux îles de Californie ou de Corée qui, elles, relèvent d'erreurs des premiers cartographes. Et lorsqu'un Tolkien ou un Georges Martin élaborent les mondes des Terres du Milieu ou de Westeros, c'est avec une carte qu'ils les matérialisent, pour que l'imagination s'appuie sur une sensation réelle d'espace, sur une représentation du monde qui serve de grille d'intelligibilité pour le reste du récit. C'est même parfois la carte elle‑même qui inspire l'imagination de l'artiste !

 

 

Salle d'exposition - 1er étage
Exposition ouverte  jusqu'au 20 octobre

Du lundi au samedi 11h-19h 

le dimanche 14h-19h 
Fermé les jours fériés et le dimanche en été

 

Les visites scolaires sont gratuites et possibles sur rendez-vous à l’adresse : salle-expo(at)bnu.fr