vendredi 23 août 2019

Arts plastiques au lycée

Réforme du lycée et baccalauréat 2021

Vous trouverez sur ce site, les textes de référence ainsi que des infographies les illustrant et des ressources académiques.

Ce site a vocation à être continuellement enrichi, nous vous invitons à le consulter régulièrement.

site de la réforme du lycée et du baccalauréat 2021

Accompagnement des programmes d’arts plastiques du lycée

« Les programmes du lycée déclinent une même trame de la 2° à la Tle, en enseignement optionnel comme en spécialité.

Cette trame et des contenus structurés en « questionnements » garantissent une cohérence verticale de la discipline.

 

Les textes des programmes d’arts plastiques du lycée sont agencés (chapitrés) selon une présentation commune, à quelques légères différences :

-en 2° où il n’y pas de champ de questionnements artistiques interdisciplinaires ;

-en Tle spécialité, les  principales dispositions des programmes de 1° sont reconduites, elles y font l’objet de résumés et de regroupements.

 

Par ailleurs, si les programmes répondent et contribuent de fait aux enjeux de la réforme du baccalauréat, comme à l’organisation nouvelle des enseignements au lycée général, ils sont aussi animés du souci de situer l’enseignement des arts plastiques dans la formation générale. Les programmes, dans leur forme française, sont encore principalement orientés vers des prescriptions. Toutefois et de longue date, ils tendent en arts plastiques à se configurer en un curriculum. Celui-ci est davantage fondé sur des « objets » à approcher et étudier, par divers moyens et dans une variété de situations, que sur de strictes références à décliner, voire égrener. Les apprentissages sont contextualisés, notamment dans et par la pratique. Les programmes sont alors un cadre institutionnel de référence pour exercer responsabilité et liberté pédagogiques aux services des apprentissages visés. 

(…)

Au-delà de se lire seulement, tels que mis en pages au BOEN, les programmes se travaillent et s’approprient, progressivement, régulièrement.  Au droit des obligations qu’ils incarnent, ce qui importe tout autant c’est ce qu’ils permettent de construire au bénéfice des apprentissages et des élèves.

L’enjeu est d'éviter deux écueils potentiels :

• une compréhension étroite des programmes et cloisonnée des savoirs, conséquence possible d’une lecture trop linéaire ou d’une conception strictement applicative du métier d’enseignant ;

•une atomisation des visées des programmes ou une érosion de leur cohérence entre cycles, effets qui peuvent être induits par une lecture trop subjective ou une conduite au droit des habitudes (ce qui me plait/je le fais déjà).

 (…)

Conçus d’une manière curriculaire, les programmes du lycée disposent un ensemble de données et de repères communs sur l’ensemble des cycles, entre l’enseignement optionnel et celui de spécialité. Données et repères se découvrent, se réitèrent, s’approfondissent, s’élargissent progressivement.

Ces programmes sont ouverts. Ils invitent le professeur à exercer sa pleine RESPONSABILITÉ PÉDAGOGIQUE, sa SENSIBILITÉ et sa CRÉATIVITÉ PROFESSIONNELLE.

Ils se travaillent en plaçant l’élève au centre de ses apprentissages, en cultivant des interactions dynamiques entre leurs composantes, en envisageant les pratiques et les problématiques de la création artistique comme une question qui est en travail, qui se travaille et qui s’enseigne. »

 

Christian Vieaux et Philippe Galais, IGEN en arts plastiques

- Accompagnement des programmes d'arts plastiques du lycée

- Déplier les programmes d'arts plastiques du lycée pour se les approprier et les travailler dans leurs dynamiques - Avril 2019

 


 

•Les programmes de l’enseignement optionnel et de l’enseignement de spécialité sont structurés de manière commune :

•3 groupes de compétences travaillées ;

•3 champs de questionnements :

•champ des questionnements plasticiens structurés autour de 3 groupes de domaines d’étude ;

•champ des questionnements artistiques interdisciplinaires ;

•champ des questionnements artistiques transversaux.

 

•Cependant, les parcours de formation de l’enseignement optionnel et de l’enseignement de spécialité ne s’insèrent pas dans les mêmes dispositions réglementaires :

•l’enseignement optionnel n’engage à aucune continuité de suivi, il est accessible à tous les niveaux des cycles du lycée et peut être renoncé dans les mêmes conditions ;

•l’enseignement de spécialité forme un ensemble homogène au cycle terminal ayant un poids important au baccalauréat, même si le passage de 3 spécialités en 1° à 2 spécialités en Tle induit le renoncement de certains élèves ;

•l’enseignement optionnel de 2° doit jouer un rôle spécifique : continuité avec la scolarité obligatoire, irrigation des enseignements optionnel et de spécialité, attractivité de la discipline et intégration de tous les profils d’élèves ;

•l’enseignement optionnel est cumulable avec celui de spécialité, ce qui induit des enjeux de cohérence et de complémentarité entre ces deux voies.

 

Christian Vieaux et Philippe Galais, IGEN en arts plastiques - Accompagnement des programmes du lycée - Champs de questionnements des programmes de l'enseignement optionnel et de spécialité : proportions, visées, organisations et interactions - Avril 2019