Précédent
Suivant

Etat des lieux : Egalité filles/garçons dans l’académie

L’académie de Strasbourg, engagée dans le processus initié par le Ministère de l’Éducation nationale de double labellisation Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes & Diversité "AFNOR", dresse, à l'occasion de la journée internationale pour les droits des femmes, un état des lieux de l’égalité filles/garçons dans les établissements scolaires de l'académie de Strasbourg.

Filles et garçons sur le chemin de l'égalité de l'école à l'enseignement supérieur (2017-2018)

 

A l'école et au collège
Alors que la parité est atteinte à l’école et au collège (49% des élèves sont des filles), une division sexuée s’observe dès la 2de générale et technologique avec une préférence marquée des garçons pour les enseignements scientifiques, et des filles pour les enseignements littéraires et artistiques.

Au lycée
Les filles sont toujours majoritaires dans les filières générales et technologiques (54%) et les garçons restent majoritaires dans l’enseignement professionnel (58%). La division sexuée est ancrée dès la 2de générale et technologique quand on observe les types de choix : langues, littérature et arts du côté des filles, sport et enseignements scientifiques du côté des garçons. En série S, la parité a encore progressé et la part des filles atteint 47% en 2018.

Dans l'enseignement professionnel
Dans la voie professionnelle scolaire et dans l’apprentissage, la répartition filles/garçons est inégale avec une présence toujours plus marquée des garçons.

Meilleurs résultats aux examens pour les filles
Chaque année, les filles obtiennent de meilleurs résultats aux examens (92% de taux de réussite au baccalauréat 2017 contre 87% pour les garçons). Elles obtiennent plus de mentions et arrivent à parité avec les garçons sur les mentions des bac pro : à la session 2018, 49% de filles et 49% de garçons ont obtenu une mention au bac pro.

Dans l'enseignement supérieur

  • En cursus d’études supérieures, 54% des étudiants sont des étudiantes. On note cependant d’une année à l’autre, une progression féminine marquée, notamment dans les CPGE scientifiques et les DUT. Les classes préparatoires littéraires accueillent toujours une majorité de filles (77%) et les formations d’ingénieur attirent moitié moins de filles que de garçons. Dans l’enseignement supérieur, les filles sont de plus en plus nombreuses à s’engager dans l’apprentissage de niveau Master (45%).

Lire la note de la  DEPP : filles et garçons sur le chemin de l'égalité de l'école à l'enseignement supérieur